Menu

Conseils de lecture n°7

Conseils de lecture n°7
13 décembre 2019 pastosante

Accueillir la mort

 Paru en septembre 2018, Collection Evol – spiritualité/philosophie

Auteur : KUBLER-ROSS Elisabeth (née le 8 juillet 1926 à Zurich en Suisse et décédée le 24 août 2004), était une psychiatre et une psychologue américaine, pionnière de l’approche des « soins palliatifs » pour les personnes en fin de vie et de l’accompagnement aux mourants.
Elle a accompagné des milliers de personnes en fin de vie, a étudié les différents stades par lesquels passe une personne lorsqu’elle apprend qu’elle va mourir et également le phénomène des expériences de mort imminente (plus connu sous le terme anglais NDE: Near Death Experience) et du « tunnel de lumière ».

Ce livre prend la forme d’un dialogue entre Elisabeth Kübler-Ross, pionnière de l’accompagnement des mourants, les familles et le personnel soignant qui se trouvent confrontés aux derniers moments de leurs proches ou de leurs patients. Mais ce livre est bien plus.
En répondant aux questions que nous nous posons tous sur la fin de vie, il propose un itinéraire pour comprendre les cinq phases du mourir et apprivoiser la mort dans de petits gestes et de grandes réconciliations au quotidien. Accueillir la mort en confiance, dans l’accomplissement et non dans la frustration, tel est le message d’espoir de cet ouvrage qui respire la joie de vivre.

**********************************************************

Vivant jusqu’à la mort – Accompagner la souffrance spirituelle en fin de vie

Paru le 3 janvier 2013, Editeur Albin Michel

Auteur : CHATEL Tanguy, diplômé en sciences sociales (Ecole Pratique des Hautes Etudes), est spécialisé dans la recherche sur les soins palliatifs et l’accompagnement en général. Il est membre du comité national d’éthique du funéraire, et a été chargé de mission en 2010 à l’Observatoire national de la fin de vie.

À partir de son expérience d’accompagnement des personnes en fin de vie, Tanguy Châtel explore la question de la souffrance spirituelle. Cette notion, qui se trouve pourtant au cœur des soins palliatifs, est en pratique soigneusement évitée en raison d’une conception française de la laïcité qui place le soin à distance de la vie privée et des croyances personnelles. Ce silence tient à l’écart de l’accompagnement tous ceux qui, de plus en plus nombreux, cherchent une réponse qui ne serait pas exclusivement religieuse à leur souffrance.

Tanguy Châtel aborde cette question encore taboue en se plaçant au plus près des mourants. Il éclaire en quoi la question spirituelle se distingue de la religion, des croyances, de la philosophie, de la psychologie… pour lui restituer sa place véritable, au cœur de chaque homme, dans une vision qui vient donner à la laïcité une perspective plus ambitieuse.

Son analyse déborde ainsi considérablement le seul champ de la fin de vie, faisant naître de manière stimulante pour chacun – qu’il soit malade ou bien-portant, croyant ou non-croyant – des perspectives de sens et de lien qui ramènent à l’essence même de notre condition d’être humain.

********************************************************

Un temps pour mourir – Derniers jours de la vie des moines

Paru en janvier 2018, Editions Fayard

Auteur : DIAT Nicolas écrivain

Comment mourir ? Comment répondre à nos peurs ? Derrière les murs des monastères, les hommes de Dieu passent leur existence à préparer le grand passage. Peuvent-ils nous aider à comprendre la souffrance, la maladie, la peine et la solitude des derniers instants ? De Cîteaux à Lagrasse, de la Grande-Chartreuse à Solesmes, Nicolas Diat a recueilli les confidences de moines sur la fin de leurs vies. Au fil des entretiens exceptionnels menés dans huit monastères, au plus près des « fils du silence », nous comprenons que leurs morts ne se ressemblent pas : il y en a de simples, d’heureuses, de belles et de lumineuses, des agonies lentes ou douloureuses. L’auteur raconte le calvaire d’un jeune religieux atteint d’un mal fulgurant, ou d’un chanoine dévasté par sa bataille contre la leucémie, fait le portrait d’un frère dépressif qui a mis fin à ses jours, décrit les morts douces et angéliques des ermites. Si chaque expérience est singulière, les douleurs des moines, en revanche, nous sont familières : ce sont celles de tous les hommes. Porté par une écriture délicate, l’ouvrage de Nicolas Diat aborde avec grâce et sensibilité la question de la mort, en ouvrant les portes des abbayes.

********************************************************

Face à la maladie grave – Patients, familles et soignants

  Paru en septembre 2014, Editeur Dunod

Auteur : RUSZNIEWSKI Martine est psychanalyste. Elle exerce les fonctions de psychologue clinicienne au sein de l’Institut Curie sur un poste exclusivement dédié à l’écoute des soignants. Elle est membre et leader accrédité de la Société Médicale Balint. Elle est également l’auteur du Groupe de parole à l’hôpital avec la collaboration de Gil Rabier (Dunod, 2012) et de Face à la maladie grave (Dunod, 1995).

Permettre une meilleure compréhension des processus psychiques pour pallier l’angoisse de mort constitue l’objectif de ce livre qui aborde chacune des phases de la maladie grave et décrit avec précision les réponses à apporter au bouleversement psychique de chacun des protagonistes : le patient, les proches et les soignants.
L’auteur s’est appuyé sur de nombreuses situations cliniques concrètes pour analyser la multiplicité des interrelations face à la mort. La première partie, consacrée à la naissance des souffrances, fait l’inventaire des principaux mécanismes de défense des soignants et des patients. La seconde partie traite du travail psychique à mener par les proches et par le malade confronté à la mort inéluctable.
La troisième partie aborde la dynamique soignants-soignés et définit la collaboration thérapeutique à instaurer pour tenter d’apprivoiser la mort.
Destiné à toutes les professions médicales et paramédicales, mais aussi aux familles confrontées à la fin de vie d’un proche, cet ouvrage illustre avec une extrême justesse les principales difficultés à vaincre dans l’accompagnement thérapeutique.

*****************************************************

La mort ne s’affronte pas !

Paru en avril 2011, Éditions Sauramps

Auteurs :

  • ALRIC Jérôme est psychologue-psychanalyste, il travaille depuis plus de 10 ans dans le Département des soins palliatifs (Unité mobile de soutien et de soins palliatifs et unité d’accompagnement et de soins palliatifs) à l’hôpital St Eloi au CHRU de Montpellier. Il est docteur en psychopathologie clinique et psychanalyse, rattaché à l’université Aix-Marseille I. et chargé d’enseignement aux universités de Montpellier I., Montpellier III. et Nîmes-Vauban. Il est également membre du Comité Scientifique de la SFAP (Société française d’accompagnement et de soins palliatifs) depuis sa création.
  • BENEZECH Jean-Pierre est médecin, il travaille dans le Département des soins palliatifs (Unité mobile de soutien et de soins palliatifs et unité d’accompagnement et de soins palliatifs) à l’hôpital St Eloi au CHRU de Montpellier. Il est membre de la SFAP (Société française d’accompagnement et de soins palliatifs) et de la SFETD (Société française d’évaluation et de traitement de la douleur). Il a déjà publié “La douleur chronique : une face cachée de la résilience” aux éditions Sauramps médical en 2005 et “Les douleurs chroniques : Quelle espérance ?” aux éditions Sarment/Jubilé en 2008.

Pour penser la mort et penser à proximité de la mort, l’humain a besoin de mythes. De nos jours et depuis les années 1970, le mythe à l’œuvre est celui d’un individu capable d’anticiper sa propre mort, de la parler et de l’apprivoiser. A partir de leur clinique quotidienne en soins palliatifs, Jérôme Alric et Jean Pierre Bénézech montrent combien ce mythe, non seulement peut s’avérer traumatique pour la vie psychique, mais aussi et surtout comment il participe à construire une idéologie inquiétante de la “Bonne mort”. A partir de la pierre angulaire de l’impossible représentation de sa propre mort, mais aussi en donnant toute sa place au sentiment d’éternité qui existe en tout un chacun, ils proposent des réflexions croisées qui re-questionnent les discours et les pratiques actuelles toujours plus normées et normalisantes des soins de fin de vie. “La mort ne s’affronte pas… !” constitue – sinon un affront à la pensée contemporaine pragmatique – tout du moins une proposition qui a l’ambition de remettre l’humain et sa fragilité constitutive au centre des débats sur cette question.

A l’heure de notre mort, accueillir la vie éternelle

Paru en juin 2002, Editions de l’Emmanuel

Auteur : GARRIGUES Jean-Miguel Religieux, prêtre et théologien, il a publié de nombreux ouvrages dont Dieu sans idée du mal, La politique du meilleur possible, L’Épouse du Dieu vivant, A l’heure de notre mort, et Le dessein de Dieu à travers ses alliances.

L’auteur s’appuie sur l’Ecriture, mais aussi sur le témoignage de saints comme Thérèse de Lisieux ou de mystiques comme Marthe Robin. Il en ressort que la mort, aux yeux de la foi, est essentiellement un mystère de détachement total pour aller à un rendez-vous d’amour absolu. C’est un mystère d’offrande.

*************************************************************

Contempler l’au-delà pour vivre pleinement l’ici-bas

Paru en décembre 2017, Editions Téqui

Auteur : GUIBERT Joël, prêtre du diocèse de Nantes, exerce sa mission entre l’écriture de livres de spiritualité (il est l’auteur, entre autres, de Renaître d’en haut, L’art d’être libre, Rendre amour pour amour et de La puissance de la Foi, Prêcher dans l’esprit saint) et la prédication de retraites destinées à tout public.

« Le regard posé sur la vie éternelle n’a rien de morbide. Au contraire, l’on ressort vivifié d’une telle contemplation : seul l’au-delà permet de vivre pleinement l’ici-bas. »
La foi chrétienne affirme l’existence d’un jugement particulier, du purgatoire, de l’enfer, du ciel, du retour du Christ à la fin des temps et de la résurrection de la chair. Cet au-delà, trop souvent passé sous silence, donne cependant un sens très fort à notre existence terrestre : « Avec la grâce de Dieu, dans l’insignifiance du quotidien, nous préparons et construisons déjà, pour une part, ce qui sera notre vie éternelle. »
À travers ces lignes, l’auteur nous aide à prendre du recul par rapport à la doxa ambiante, oscillant entre ésotérisme et déni de la mort. Cette prise de conscience salutaire par rapport à notre destinée finale, si elle réveille nos peurs et nos appréhensions liées à la fin de vie, conduit ultimement à nous préparer paisiblement chaque jour à tomber dans les bras d’un Dieu d’amour.
Guidés par ce que les saints ont vu et vécu, nous approcherons l’immense joie de la résurrection, redécouvrant que le Christ nous a sauvés de la mort et de l’enfer. Touchés par les beautés de l’eschatologie chrétienne, nous saisirons l’urgence de l’annoncer à nos pays « en perte d’âme et en panne de vie éternelle ».

**********************************************************

Réussir sa mort

Paru en octobre 2005, Editeur Presses De La Renaissance

Auteur : HADJADJ Fabrice est un philosophe français qui se dépeint comme juif de nom arabe et de confession catholique. Proche du cardinal Barbarin, il a écrit, outre de nombreux essais, un livre en collaboration avec lui.

Une réflexion sur le sens de l’existence, dans laquelle, parfois avec humour, le philosophe montre en quoi le déni de la mort est en fait un déni de la vie. Évoquant des sujets aussi tabous que l’euthanasie, l’avortement, les génocides ou le martyre, cet essai veut mieux cerner les comportements humains, la réussite, le suicide ou l’accueil de la vie et de l’inconnu.