Pèlerinage à Notre-Dame du Laus les 14 et 15 mars

Pèlerinage à Notre-Dame du Laus les 14 et 15 mars
4 février 2015 pastosante

Le sanctuaire Notre-Dame du Laus est un haut-lieu spirituel catholique situé dans les Alpes du sud. Il a pour origine des apparitions de la Vierge Marie à une bergère, Benoîte Rencurel, entre 1664 et 1718. La Pastorale de la santé organise les 14 et 15 mars prochains un pèlerinage dans ce haut lieu marial.

Benoite, une jeune fille comme les autres

1647 : Benoîte Rencurel voit le jour à Saint-Etienne d’Avançon au sein d’une modeste famille. Contemporaine du roi Louis XIV, elle va vivre une époque troublée par les tensions politiques, sociales et religieuses. Après la mort de son père en 1654, elle se voit contrainte de travailler comme bergère. Avant de commencer à parcourir les montagnes avec ses troupeaux, elle demande à sa mère un chapelet. Ne sachant ni lire ni écrire, elle prie à longueur de journées et devient ainsi une vraie contemplative. Simple et pleine de vie, elle est proche des gens de son village et n’hésite pas à donner sa nourriture aux enfants plus pauvres qu’elle.

Mai 1664 : après avoir entendu une homélie de son curé, Benoîte ressent le profond désir de rencontrer la Mère de miséricorde. Le lendemain, une « belle dame » lui apparaît quotidiennement pendant quatre mois au Vallon des fours, et la prépare à sa future mission.

Le 29 août, la belle dame révèle son identité : « Je suis Dame Marie, la Mère de mon très cher Fils. »

Fin septembre, après un mois d’absence, Marie se manifeste à nouveau, mais de l’autre côté de la vallée, à Pindreau : « Allez au Laus, vous y trouverez une chapelle d’où s’exhaleront de bonnes odeurs, et là très souvent vous me parlerez ». Le lendemain, Benoîte se rend au hameau du Laus tout proche et trouve la chapelle de Bon-Rencontre grâce aux parfums. À l’intérieur, debout sur l’autel, Marie lui dévoile son projet : « J’ai demandé ce lieu à mon Fils pour la conversion des pécheurs et Il me l’a accordé ». Elle confie à Benoîte la mission de faire construire une église et une maison pour les prêtres afin qu’ils reçoivent et confessent les pèlerins.

Recouvrant la chapelle de Bon-Rencontre, l’église est édifiée entre 1666 et 1669. Le jour de sa bénédiction, Benoîte devient membre du tiers-ordre de saint Dominique, d’où le titre de « sœur Benoîte » qui lui sera donné.

Dès le printemps 1665, les pèlerins affluent au Laus. Ils seront environ 130 000 en 18 mois. Benoîte remplit auprès d’eux son ministère d’accueil, de prière et de pénitence. Ayant reçu le don de pouvoir lire dans les consciences, elle éclaire leur démarche de conversion et les envoie vers les prêtres émerveillés par la qualité des confessions. Les guérisons et les conversions sont très nombreuses. Entièrement vouée à sa mission, Benoîte vient résider à plein temps au Laus en 1672.

Pendant 54 ans, Marie continue de lui apparaître pour la soutenir dans son apostolat et poursuivre son éducation.

Pourquoi venir au Laus en pèlerinage

La Vierge Marie a choisi ce lieu, cadre merveilleux offert à ceux qui désirent s’ouvrir à la beauté et aux grâces de conversion et de réconfort.
Pour recevoir également des grâces de paix , de réconciliation , de guérison. Comme Marie l’a promis, « l’huile du Laus » appliquée avec foi est source de nombreuses guérisons physiques et spirituelles. Certains visiteurs reçoivent les « parfums », ces bonnes odeurs signes d’appel et d’encouragement.

Alors préparons nous à vivre ensemble un temps fort.

Nicole Descamps