Les Fraternités Saint Luc

Les Fraternités Saint Luc
4 février 2015 pastosante

Un peu d’histoire

Les fraternités saint Luc s’inscrivent dans une tradition diocésaine : au temps où le père Louis Porte était DDPS (Délégué Diocésain à la Pastorale de la Santé), des personnes engagées dans le domaine de la santé se réunissaient régulièrement en petites équipes afin de mieux vivre leur foi au cœur de leur engagement professionnel.

A la fin de l’année 2011, le DDPS a été interpellé pour élaborer une proposition allant à la rencontre des professionnels de santé : un besoin d’un temps régulier de ressourcement, de visibilité, de communion et de parole se manifestait ainsi. Il est à noter que la demande émanait d’une infirmière et d’un médecin ce qui donne une indication d’ouverture pour la suite.

De son côté, l’aumônier de sainte Anne avait rencontré la même demande dans l’exercice de sa mission ; un essai de réponse avait été apporté sans pouvoir l’inscrire dans la durée. L’attente restait présente avec le même souci d’une proposition qui soit ouverte à l’ensemble des professions investies d’une manière ou d’une autre dans le monde médical.

Une petite équipe de réflexion s’est constituée et c’est ainsi que trois besoins ont été identifiés :

– Un besoin de sens à l’heure où le soin est pris dans l’exigence économique et le développement de la technologie médicale.
– Un besoin de communion dans un monde traditionnellement marqué par le cloisonnement professionnel.
– Un besoin de partage dans un monde où la laïcité réduit la foi au domaine privé.
– Les fraternités saint Luc sont ainsi nées pour créer un espace de réponse à cette triple attente.

Quel esprit ?

– Les fraternités sont appelées à être des cellules d’Eglise ce qui implique un certain nombre d’orientations. L’Eglise est une communion : les fraternités doivent l’être aussi. Le nom de « fraternité » entend – par-delà le souci de la convivialité et la simplicité de relation que cela signifie – dire ce souci d’incarner cette réalité de la communion. Celle-ci est toujours don car s’enracinant dans la communion trinitaire tout en s’incarnant dans la réalité humaine d’une certaine manière de vivre ensemble. Elle devient sacrement de la présence du Christ qui, avec le Père, envoie son Esprit aux membres en qui elle se réalise. Dans cet esprit, le temps de partage autour de la Parole de Dieu qui ouvre chacune des rencontres est fondamental. Cela donne aussi la tonalité du temps de partage autour du thème choisi par la fraternité.

– C’est dans ce souci de communion que les fraternités sont résolument composées de membres issus des différentes composantes – professionnels ou bénévoles – du monde de la santé. Outre qu’ainsi elles jouent le service de la communion, cela permet un partage d’expériences différentes sur un même sujet.

– Cette communion ne fait pas de chaque fraternité une entité à part mais l’inscrit dans un tissu ecclésial ; c’est un appel à vivre, dans le même Esprit, du lien entre les différentes fraternités à l’intérieur de la pastorale de la santé. C’est aussi par elle que chaque fraternité vit le lien avec l’église locale placée sous la vigilance de l’Evêque. Ainsi sont vécues les deux dimensions – horizontale et verticale – de toute communion ecclésiale ; l’une et l’autre s’appellent mutuellement.

– Le patronage de l’évangéliste Luc est invoqué : sa profession de médecin en a fait le patron naturel des médecins ainsi que des services de santé. Évangile de Luc, par la façon dont il met en relief l’humanité du Christ, sera un précieux guide pour un ressourcement spirituel des membres des fraternités dont le métier ou le bénévolat se situe au cœur de l’humain.

La fraternité

Chaque fraternité est composée d’une dizaine de membres, dont on a souligné la nécessaire diversité. Elle se réunit deux heures tous les deux mois. En amont de la rencontre, un des membres envoie aux autres les références d’un passage de la Parole de Dieu en lien avec le thème qui a été retenu pour le partage ; un texte (court) est aussi envoyé pour soutenir le temps de partage sur ce thème : il ne se veut pas de type doctrinal ou intellectuel mais favorisant un partage d’expérience. C’est ainsi qu’est proposé un véritable temps de relecture de nos pratiques à la lumière de la Parole de Dieu dans un esprit de communion.

Ces deux textes donnent les deux temps de nos rencontres : temps autour de la Parole suivi, dans la suite naturelle, du temps de partage autour du texte. Il s’agit d’un moment d’écoute bienveillante, sans jugement et en toute confidentialité. Le prêtre apporte un éclairage spirituel sur le thème ainsi que sur les situations vécues au quotidien.

Comment nous rejoindre ?

Actuellement, il y a 3 fraternités à Toulon, 1 à Sanary, 1 à Hyères, 2 à Draguignan, 1 à Brignoles, 1 à Fréjus et 1 à saint Raphaël…en attendant que d’autres naissent !

Qui contacter ?

Père Philippe Le Pivain (responsable de la Pastorale de la Santé) : 06 06 62 11 66
Christine de Boisgelin (aumônier HIA Sainte-Anne) : 06 22 91 65 39
Isabelle Palayer (médecin) : 06 08 07 96 69
pastorale.sante@diocese-frejus-toulon.com

Quelques témoignages

Témoignage à Draguignan

Lancées par la Pastorale de la Santé le Père Le Pivain, en relation avec la Pastorale de la santé, nos rencontres ont débuté en 2013.Nous avons souhaité élargir ces rencontres à un maximum d’intervenants impliqués autour du soin: médecins hospitaliers et libéraux, infirmières, aides-soignantes, visiteurs de malades de l’aumônerie et JALMAV, personnel administratif, kinés, dentistes. Les animateurs, un prêtre, un médecin, l’aumônier de l’hôpital, préparent à l’avance chaque réunion, choix des thème et texte d’évangile, envoi par mail de la proposition aux participants. Après 6 rencontres, nous retenons des points forts: la présence et l’expertise de l’accompagnant spirituel sont essentielles à la qualité de la réunion. Le choix du texte d’évangile, en lien avec le thème retenu, est déterminant pour la réflexion et le partage. Chaque témoignage, quelque soit l’intervenant, est riche pour le groupe, il y a une qualité d’échange et d’écoute. Ainsi chacun, à son niveau peut trouver matière à réflexion quant à sa pratique et ses questionnements. Expérience enrichissante, à poursuivre en élargissant public et thèmes de réflexion.

  Jean-François Camillieri

Témoignage à Fréjus

L’expérience de la fraternité saint Luc est toute nouvelle pour moi. Une équipe se créant sur Fréjus, j’allais à la première réunion avec beaucoup de curiosité et l’envie d’en savoir davantage sur cette pastorale de la santé dont j’ignorai tout.
Au fil des rencontres et des témoignages partagés, j’ai senti une nouvelle force en moi, le sentiment de ne plus être isolée.
Infirmière depuis une trentaine d’années, j’ai intégré depuis un an le service d’oncologie où je m’occupe de l’accompagnement de patients à qui l’on vient de diagnostiquer un cancer.
Ce fut un choix personnel. Se retrouver face à la souffrance de ces femmes et de ces hommes qui voient brutalement leur vie basculer, serait intolérable si Dieu n’était pas au cœur de ma vie, m’aidant à trouver les mots qui réconfortent, qui consolent.
Au sein de cette fraternité j’ai pu trouver un temps de ressourcement, de partage, d’union et de communion des âmes et des cœurs.
Puisse Dieu nous donner à voir son visage dans tous nos frères qui souffrent.

Martine Ortéga