Conseils de lecture n°6

Conseils de lecture n°6
11 avril 2017 pastosante

Aux portes du soir, Paru en avril 2016, Edition Fidelite Eds

Auteur : Dolores ALEIXANDRE, religieuse du Sacré-Cœur, a enseigné la Bible pendant une vingtaine d’années à l’université de Comillas, à Madrid. Elle est un des auteurs de spiritualité les plus lus en Espagne et en Amérique latine. Ses écrits sont le fruit de nombreuses sessions bibliques données à des responsables de communautés ecclésiales de base et à des communautés religieuses. Baptisés dans le feu (Lessius, 2015) est l’un des livres préférés du pape François, ce qui a valu à son auteur d’être qualifiée de « théologienne du pape ».

Peur de quitter son emploi, de perdre de l’importance sociale, de devenir dépendant, de voir se détériorer son état ou son image physique. Peur encore de la solitude, de la perte d’autonomie et de l’estime sociale. Anxiété devant la fuite du temps, refus de la finitude et de la perspective de la mort… Mais l’âge qui avance réveille aussi des désirs : récupérer le temps que l’on considère perdu, retrouver tout ce qu’on n’a pas appris ou éprouver les penchants que l’on n’a pas cultivés. Le langage biblique vient nous défier avec des images de croissance et de fécondité : « Transplantés dans la maison du Seigneur, dans les cours de notre Dieu, ils seront toujours pleins de fraîcheur et de sève et ils donnent encore des fruits » (psaume 92). Des pages qui ébauchent un modèle chrétien de vieillissement. L’Évangile élargit en effet nos perspectives si étroites et nous convie à une splendeur, à une « vieillesse abondante ». Un chemin à parcourir avec sagesse, patience et calme, comme il sied aux personnes âgées.

Lettre ELIHU n°15

Veilleur, où en est la nuit ? Petit traité de l’espérance à l’usage des contemporains,
Paru en Avril 2016,  Éditions du Cerf

Auteur : Né en 1982, le frère Adrien CANDIARD  est dominicain et vit au couvent du faire (Egypte). Il est notamment l’auteur du spectacle « Pierre et Mohammed » et de « En finir avec la tolérance ? » (2014).

Voilà un livre dont on se demandera, au premier abord ce qu’il fait dans cette lettre destinée au monde de la santé …s’il nous invite à regarder le monde dans lequel nous vivons avec un regard d’espérance et à nous y faire présence il n’en reste pas moins vrai que la blessure du monde n’est pas sans analogie avec celle de l’humain…l’analogie peut nous aider dans la mission qui est la nôtre.
Une petite merveille qui fait tellement de bien !
En voici la présentation faite par l’éditeur :
« Les chrétiens sont-ils le dernier espoir d’un monde qui a perdu toute espérance ? Oui, espérer est leur profession de foi depuis deux mille ans. Non, eux-mêmes sont désespérés en ce début de troisième millénaire. Et si espérer, c’était d’abord renoncer à tous les faux espoirs ? Refuser d’idéaliser le passé. Refuser de sublimer l’avenir. Dire non au fantasme de la
restauration glorieuse et non à l’illusion de l’exaltation apocalyptique. L’espérance des chrétiens n’a qu’une chose à offrir : la vie éternelle. Une vie qui ne commence pas après la mort.
Une vie qui débute maintenant. Une autre manière de vivre, de vivre sa mort, de mourir sa vie. Jamais, sans doute, renaître n’a été aussi simple, clair, aisé qu’avec ce livre. A lire absolument ! »

Lettre ELIHU n°15

Dieu m’a donné rendez-vous à l’hôpital, Paru en octobre 2015, Editeur : Bayard Culture

Auteur : Bruno CAZIN est docteur en médecine, médecin spécialiste en hématologie clinique, et praticien hospitalier au CHRU de Lille. Il est également titulaire d’une licence canonique de théologie (maîtrise). Prêtre du diocèse de Lille, expert auprès du groupe de travail des évêques de France sur la bioéthique, il est actuellement Vice Recteur de l’Institut Catholique de Lille et premier Vice Président de l’Université Catholique de Lille.

Prêtre et médecin hospitalier au CHU de Lille, Bruno Cazin est spécialisé en hématologie clinique. Il livre ici pour la première fois un témoignage personnel très émouvant sur son parcours et sa pratique de médecin à l’hôpital. Ni aumônier ni simple accompagnant, il travaille sur les maladies du sang dans un secteur souvent confronté à la fin de vie. Il montre en quoi l’hôpital est devenu pour lui une véritable école de l’Évangile. Il rapporte confidences et conversations des malades avec lui. Témoigne d’une authentique spiritualité approfondie au contact des malades et de la maladie autour de grands thèmes forts : combat intérieur, rencontre, reconnaître sa fragilité et celle de l’autre, tendresse, accueillir la vie, consolation et souffrance, temps et éternité… Dans une deuxième partie, il parvient avec beaucoup de délicatesse à écrire une spiritualité de la maladie et de l’hôpital à travers la puissance de la miséricorde et en traçant le portrait d’un Dieu présent dans la souffrance, l’espérance de guérison, la douleur…

Lettre ELIHU n°15