Conseils de lecture n°2

Conseils de lecture n°2
20 avril 2015 pastosante

L’Autre Dieu de  Marion Muller-Colard, Paru le 27/08/2014, Editions Labor et Fides

C’est un livre lumineux que nous propose Marion Muller-Colard, théologienne protestante, spécialiste du livre de Job et ancienne aumônier d’hôpital. Mêlant le récit de son expérience personnelle relue à travers les écrits bibliques, elle partage et propose un cheminement spirituel ouvrant à la grâce : l’audace de la confiance sans restriction et la pleine conscience de ce que Dieu nous donne.
…Un livre court et dense, à lire, relire et à partager !

Lettre ELIHU n°7

Les Ames blessées de Boris Cyrulnik, Paru le 17/09/2014, Editions Odile Jacob

On ne présente plus Boris Cyrulnik, brillant neuropsychiatre, directeur d’enseignement à l’université de Toulon, qui a participé à l’élaboration et à la diffusion du concept de résilience.
Dans ce nouveau livre, deuxième tome de ses mémoires, l’auteur revient sur sa vocation de psychiatre. Il relit, à la lumière de l’épreuve de la guerre et de son expérience de médecin, l’histoire des 50 dernières années -celles des avancées les plus décisives- de la psychiatrie.
Ce récit est très incarné, parfois touffu. Il nous permet de mieux comprendre les enjeux, tensions, avancées, qui ont permis d’aboutir à la psychiatrie moderne…et de tenter de soulager les « âmes blessées »

Lettre ELIHU n°7

Fin de vie, un enjeu de fraternité de Mgr Pierre d’Ornellas de Rennes préside le Groupe de travail de la Conférence des Évêques de France (Mgr Michel Aupetit, évêque de Nanterre, des docteurs Marie-Sylvie Richard, xavière, Claire Fourcade et Alexis Burnod, et des pères Bruno Saintôt, sj, et Brice de Malherbe.), Paru le 12/03/2015, Editeur Salvator

Depuis dix ans, la « fin de vie » fait l’objet d’un débat législatif. Ce sujet sensible touche très largement l’opinion. Pour participer à l’effort de discernement auquel notre société française est à nouveau appelée, le Groupe de travail de la Conférence des Évêques de France entre dans le dialogue et propose une réflexion forte et argumentée sur la fin de vie. Le Groupe de travail trace ici des chemins pour vivre une authentique fraternité avec les personnes qui, vulnérables, traversent l’ultime épreuve. « Oui, les personnes en fin de vie nous appellent à exercer la médecine avec toujours plus d’humanité. Elles nous convoquent tous à assumer notre propre vulnérabilité de telle sorte que s’établisse un vrai rapport de fraternité. En effet, le patient, allant vers sa mort, et le bien-portant, engagé dans l’art de l’accompagnement, partagent la même humanité, inexorablement marquée par la finitude. Dans cette fraternité se noue alors un dialogue d’une étonnante richesse. Il s’y manifeste les valeurs les plus vives de l’humanité, celles dont elle rêve et qui, à ce moment si improbable de l’ultime finitude, se dévoilent à celui qui a des yeux pour voir. Nul ne les découvre s’il n’entre pas dans ce dialogue fraternel. Il est source de paix, plus qu’on ne croit. »

Lettre ELIHU n°7